Quartiers

Découpage de la ville

Eaubonne plan 1929

Cliquez sur l'image pour l'aggrandir (©Archives Municipales d'Eaubonne)

Plan de la Ville en 1929

Depuis les années 1920, Eaubonne à été découpée en 5 quartiers scolaires, qui correspondent grossièrement aux anciens fiefs ou châteaux dont les parcs ont été lotis.

De nos jours, les dénominations scolaires servent toujours pour designer les quartiers, et leurs Conseils de Quartier respectifs.

Quartier La Cerisaie - Jean/Macé

Situé à l'ouest du centre, limitrophe avec la commune d'Ermont, ce quartier reprend l'ancien fief de Bussy et le parc du Petit-Château, loti en 1926. Essentiellement pavillonaire, il comprend quelques grands ensembles, dont l'HBM (habitation bon marché) sur la place Aristide-Briand, datant de 1930, et la résidence Antin construit à la fin des années 1990 sur cette même place.

L'espace urbain est structurée sur deux axes: la rue George-V, anciennement Pavé d'Ermont, voie très ancienne qui reliait le centre d'Ermont au centre d'Eaubonne, et au-delà Franconville au centre de Montmorencey. Autrefois voie la plus fréquentée de la ville, elle est aujourd'hui reléguée au second plan. La deuxième voie, nord-sud cette fois, reliait Montlignon (et au-delà la forêt de Montmorency) à Argenteuil et à Saint Gratien. Aujourd'hui ce tracé est représenté par l'avenue de Matlock et de Budenheim, et la rue du Général Leclerc. Mais ces rues sont de création récente (1836), l'ancienne voie empruntait l'actuelle rue du Dr. Peyrot et traversait le parc du Petit-Château.

A nord de la rue George-V, nous retrouvons l'ancien fief de Bussy dont le seigneur Joseph-Florent le Normand de Mézières en a fait , avant la Révolution, le siège de son château. Devenu le quartier de la Cerisaie, il était bordé par la rue George-V, la rue Marcel-Sembat, l'avenue tarbé des Sablons et la rue du Dr. Peyrot. En son centre, nous trouvons, notamment, le quartier des "Castors" construit sur ces terrains en 1951 - 1953.

Au sud de cet axe, le quartier du Petit-Château, dont le parc de 10 hectares a été découpé en lots à construire à partir de 1926 lorsque l'Institution des Enfants Arriérés, hébergée dans le Petit-Château, à déménagé dans l'Essonne. A cette date, de nouvelles voies furent crées (avenues de Mme Houdetot et de Saint-Lambert, rues Lamartine, Jean-Macé et Beauséjour, boulevard du Petit-Château). 

Vous trouverez l'histoire très détaillée de l'évolution de ce quartier dans mon livre "Le Petit-Château d'Eaubonne"

A la limite sud, séparée d'Ermont par la ligne SNCF Paris-Valmondois et la Chaussée Jules-César, se trouve l'ancienne "Cité du Nord" de la SNCF.

Sur la vie du quartier de nos jours, le Conseil de Quartier Cerisaie/Jean-Macé gère un site internet sur lequel vous trouverez les informations relatives à la vie de ce conseil, leurs actions et les comptes-rendus de réunions, les animations locales et des photos. Voir leur site.

lotissement 1926
Découpage du parc du Petit-Château lors du lotissement de 1926 (AME)

Quartier du Mont d'Eaubonne / Centre Ville

Aujourd'hui la ville d'Eaubonne dispose de deux "centres" ou pôles d'activiés:

  • le long de l'avenue de Paris (la D928) 
  • l'avenue de l'Europe entre la place Aristide-Briand et la Mairie

Il n'en a pas été toujours ainsi. Quand Eaubonne était encore un petit village de quelques centaines d'âmes au milieu du XVIIIe siècle, la vie du village gravitait autour de la place des Tilleuls et l'avenue Gabriel-Péri. On peut supposer que l'origine du village a été déterminée par la présence d'un passage à gué du ru de Montlignon (aujourd'hui canalisé) devant l'actuelle Mairie, et la jonction entre la "route des bois" (la D 928) qui menait de Saint-Denis à Auvers-sur-Oise et le "chemin d'Ermont (rue George-V, rue Albert 1er). Autour du ru, les terrains étaient marécageux, aussi le village s'est construite sur les terres plus élévées, là où se trouve aujourd'hui le parc Claude Monet. Il n'y avait que l'église du village qui se trouvait "les pieds dans l'eau".

Dans la deuxième moitié du XVIIIe, quand le seigneur de Bussy Joseph-Florent le Normand de Mézières acquit le fief de la Cours-Charles (toute la partie basse du centre : marché, médiathèque, avenue de l'Europe, rue de la République...) il construit son château dans son fief qui était alors quasiment à mi-chemin entre les centres d'Ermont et d'Eaubonne, et se mit à rectifier les voies de communication:

  • la route d'Ermont à Montmorency est infléchie pour désservir son château et dégager le terrain pour la construction de l'Hôtel de Mézières,
  • un embryon de la place Aristide-Briand est crée devant l'entrée de son château, face aux deux pavillons de garde encore visibles,
  • le route de Montlignon (rue du Dr. Peyrot) est détournée à hauteur de son intersection avec le pavé d'Ermont (rue George-V)  pour dégager le terrain sur lequel sera construit le Petit-Château.

Le Normand de Mézières fait construire le long de ce qui est aujourd'hui l'avenue de l'Europe, des maisons et fermes pour ses vignerons. Certains de ces bâtiments existent encore de nos jours, notamment celui qui abrite l'agence de la Société Générale ou celle de la Caisse d'Epargne en face.

Le Mont d'Eaubonne

Au nord de l'ancien centre, ces terrains sont restés essentiellement à vocation agricole (maraîchage, vignes, elevage). Ce n'est qu'à partir du milieux du XIXe siècle que des grands domaines sont créés des deux côtés de l'avenue de Paris (D928):

  • le château Mirabaud, construit en 1865 (devenu une clinique nommée Mirabeau, entourée d'une résidence du même nom),
  • le château du Mont d'Eaubonne, bâti par Armand de Vismes en 1880 (à l'emplacement de l'actuelle école maternelle). Ce domaine a été vendu pour la construction de 526 logements en 1960.

Quartier Flammarion

(texte à venir)

Quartier Paul-Bert

(texte à venir)

Quartie Jean-Jacques Rousseau

(texte à venir)